On me demande régulièrement comment évolue la situation au cinéma.

En fait, c'est malheureusement toujours pareil.

Tant que notre sympathique "formateur" est présent, Augustin est autorisé à projeter les films. Il n'a pas besoin de la moindre consigne. Il connaît les procédures par coeur et les effectue consciencieusement.

Aucune convention n'a été écrite.

Augustin n'est toujours pas considéré comme faisant partie intégrante de l'équipe de bénévoles.

Il n'a pas sa photo sur le trombinoscope.

Il n'est pas invité aux divers moments conviviaux (soirée bugnes, sortie de fin d'année) et si nous avons été invités à la soirée de "Noël", c'est uniquement parce que notre ami "formateur" a insisté et que nous avons fait remarqué à plusieurs bénévoles que sans cette intervention nous n'étions pas conviés.

De plus, le président fait son possible pour ne pas nous voir lorsque le Papa et moi allons au cinéma. Il avait même commencé la randonnée dans le même club de marche que nous, mais ayant découvert que j'y étais animatrice (je n'encadre qu'une rando par mois pourtant), il se trouve qu'il ne vient plus (il n'aurait plus le temps).

A croire que je lui fais peur ;D Pourtant je ne lui parlais pas d'Augustin, sauf s'il m'interrogeait à son sujet.

Bref, Augustin est toujours content de projeter des films, mais il n'a aucun avenir dans ce cinéma qui pourtant fonctionne uniquement avec des bénévoles.

Alors, nous en déduisons qu' aucun avenir n'est possible non plus dans un cinéma qui n'emploie que des professionnels (d'autant plus que les plus proches de notre domicile sont de très petites structures qui fonctionnent avec peu de personnel). Quant aux cours du CNED, ils sont dépassés (l'essentiel traitant de l'argentique) et incompréhensibles en l'état pour un autiste. Donc, on a laissé tomber, d'autant plus vite que la situation nous a montré son inutilité.

Nous continuerons à l'emmener faire son activité de projectionniste tant que cela lui plaira toujours autant et que notre super "formateur" (le SEUL bénévole qui OSE s'opposer au président et au vice-président) sera d'accord. C'est toujours ça de pris.

Cela me rappelle les 8 ans d'Augustin. Ses copains avaient signé un T-shirt souvenir. Le Papa m'avait demandé pourquoi. Je lui avais répondu : " quand il sera adulte, il se rappellera qu'il avait eu une enfance entourée de copains et copines." 

Chaque moment de bonheur doit être enregistré comme beau souvenir. Les moments où Augustin est "projectionniste" seront pour lui des beaux souvenirs plus tard.